Les brassages génétiques se définissent comme l’ensemble des recombinaisons ou des réassociations des différents allèles des gènes portés par les chromosomes au cours de la méiose. Ces réassociations des allèles se font grâce à deux mécanismes : le brassage interchromosomique et le brassage intrachromosomique.

Ces brassages de gènes sont amplifiés lors de la fécondation par l’association aléatoire de deux gamètes issus eux-mêmes du brassage méiotique.

      1. Le brassage interchromosomique

Les évènements suivants sont responsables du brassage interchromosomique :

  • En Métaphase 1 : Répartition aléatoire des chromosomes homologues au niveau de la plaque équatoriale ;
  • En Anaphase 1 : Séparation (ou disjonction) des chromosomes homologues, l’un et l’autre migrent vers des pôles opposés de la cellule en fonction de leur répartition aléatoire en métaphase 1.

Le nombre de possibilité de répartition des chromosomes est de « 2 exposant n » . Ainsi, un homme peut produire « 2 exposant 23 »  spermatozoïdes différents.

Le brassage interchromosomique est donc caractérisé par une répartition aléatoire des chromosomes homologues en Anaphase 1.

       2.  Le brassage intrachromosomique

En prophase de première division méiotique, on observe des enjambements des chromatides qui se croisent, formant des chiasmas. Il se produit alors très souvent des échanges de portions de chromatides homologues entre deux chromosomes. Ce phénomène est appelé crossing-over. Il aboutit à un échange d’allèles entre les deux chromatides et donc à une nouvelle combinaison d’allèles.

Le crossing-over est le phénomène responsable du brassage intrachromosomique qui se produit en prophase de première division méiotique.